TVREZE.fr
Envoyer à un ami
Version imprimable
Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte

Jean-François Bayart : "je ne crois à la pertinence du concept d'identité"


TVREZE était présente pour diffuser en direct la conférence de Jean-François Bayart qui intervenait à la Faculté de Droit de Nantes sur le thème "Usages et mésusages de l'identité". Cette intervention faisait suite à la «contre-conférence» de décembre dernier sur l'identité nationale, organisée par l'Atelier la Boétie.



L'intervenant : Jean-François Bayart est directeur de recherche CNRS au Centre d'études et de recherches internationales de Science Po Paris. Spécialiste de l'Afrique (L'Etat en Afrique, La Politique du ventre, Fayard, 1989), il a aussi travaillé sur la question de l'identité (L'illusion identitaire, Fayard, 1996).

Entrée ouverte à tous.



  Title:    Usages et mésusages de l'identité
 
4h29
  Conférence en direct dans 5 mns. Retranscription : Walter Bonomo
 
4h36
  Introduction par Goulven Boudic :
 
4h36
  Cette conférence fait suite au débat sur l'identité nationale
 
4h37
  Jean-François Bayart est invité à débattre sur le thème de l'identité.
 
4h37
  Il a travaillé sur l'éthnicité.
 
4h38
  Cette intervention est l'occasion de lui demander ce que c'est pour un politiste, spécialiste de l'Afrique de parler de la notion d'identité ?
 
4h38
  Il est invité à intervenir sur 45 mns / 1H, vant d'ouvrir à des questions.
 
4h38
  Je lui cède la parole. .
 
4h39
  Jean-François Bayart : merci de votre accueilL
 
4h39
  La première fois que j'étais venu à Nantes,
 
4h39
  c'était pour l'exposition Malevitch, dont une des peintures a servi de couverture à mon ouvrage "l'illusion identitaire" paru chez Fayard.
 
4h39
  Ce soir, j'ai deux mauvaises nouvelles à vous annoncer :
 
4h40
  Vous n'avez pas de culture !
 
4h40
  Vous n'avez pas d'identité !
 
4h41
  Même si je suis identifié comme un Africaniste, je fais de la sociologie comparée.
 
4h42
  J'assume cette ambivalence.
 
4h42
  Dans ce débat sur l'identité, j'essaie d'agir à mon niveau contre la bêtise identitaire.
 
4h42
  Mon livre sur l'illusion identitaire
 
4h43
  devait intégrer une réflexion sur culture et politique. Faute de place cela n'a pas été possible.
 
4h43
  Ce livre est paru dans le débat produit par la parution de l'ouvrage sur "le choc des civilisations" (The Clash of Civilizations and the Remaking of World Order1) de Samuel Huntington).
 
4h43
  Cette notion est stupide!
 
4h44
  Les catégories identitaire et politique n'expliquent pas les tensions
 
4h44
  entre les éthnies entre-elles, ou pour expliquer la remise en cause de l'apartheid.
 
4h45
  La dimension culturelle et identitaire ne nous renseigne en rien sur les difficultés politiques.
 
4h45
  En fait, ces notions nous interdisent de les comprendre
 
4h46
  Rien n'est plus culturel que la politique.
 
4h47
  Tous les conflits paramétrés en termes identitaires ne sont pas intelligibles sur la base des concepts identitaires ou de culture.
 
4h47
  Du point de vue des sciences sociales, cela ne tient pas la route.
 
4h48
  La Chine ne peut se résumer au Confucianisme.
 
4h48
  La Corée du Sud et du Nord ont des trajectoires différentes.
 
4h48
  Idem pour la Birmanie...
 
4h49
  Oui, l'action politique est culturelle. Mais comment alors poser la question du rapport entre l'identité et de l'action politique ?
 
4h49
  Quelques repères sont nécessaires :
 
4h50
  La notion de culture a évolué dans le temps.
 
4h51
  Je vous livre un premier paradoxe : depuis 2 siècles ont voit apparaitre deux phénomènes :
 
4h51
  La globalisation depuis le XVIIIem / XIX siècle,
 
4h52
  le libre échange, la circulation des capitaux amènent un changement d'échelle.
 
4h52
  Mais dans le même temps, on assiste à une rétraction des identités régionales.
 
4h52
  Par exemple, l'identité fromagière de la France
 
4h53
  est liée à des cultures locales, mais aussi au réseau de transport mis en place par le capitalisme.
 
4h54
  Au XIXe on assiste à une exacerbation des identités nationales.
 
4h54
  Quand l'Union soviétique éclate
 
4h54
  c'est sous l'effet du capitalisme et de la mondialisatiion
 
4h55
  mais éclate aussi sous l'effet des revendications identitaires.
 
4h56
  L'Afrique est perçue au travers de catégories : le tiers monde, le village...
 
4h56
  C'est un produit du capitalisme mondial, du colonialisme.
 
4h56
  Le tourisme est associé à l'idée de village,
 
4h56
  L'aide locale également.
 
4h57
  Cette figure est globale.
 
4h58
  Mais en réalité, les gens ne sont pas prisonniers dans leurs identités.
 
4h59
  Paradoxalement l'invention de la modernité a procédé de l'invention de traditions :
 
4h59
  La plupart des symboles de la chefferie en Afrique sont de la pacotille inventée des coloniaux.
 
5h01
  La principale utilité de cette introduction avait pour but de déstabiliser et de monter que certaines catégories soit disant naturelles sont en fait éminemment culturelles.
 
5h01
  En termes de Culture, la psychlogie nous enseigne que l'on se définit par rapport à l'autre.
 
5h02
  L'identité est liée à des phénomènes de métissages
 
5h02
  Les romains continuaient à se penser en grecs, alors qu'ils venaient de conquérir la Grèce
 
5h03
  L'empire Ottoman a puisé dans l'héritage de Byzance, de l'Islam, de la civilisation persane.
 
5h04
  Les empires ne peuvent se comprendre que leur propensions d'extraversion.
 
5h05
  Autre exemple. Des études ont montré que les sociétés sub-sahariennees ne sont pas fermées et se construisent par rapport à d'autres populations.
 
5h05
  Le culturalisme se base sur des erreurs, parmi lesquelles :
 
5h05
  - les identités seraient stables.
 
5h05
  - les identités seraient closes sur elles-mêmes.
 
5h06
  - la culture surdétermine nécessairement nos orientations
 
5h06
  Oui, la culture est héritage.
 
5h07
  Mais la culture est aussi simultanément de la création.
 
5h08
  L'histoire de l'Art montre que des artistes peuvent assurer une continuité et aussi s'approprier l'héritage culturel pour créer une oeuvre nouvelle.
 
5h08
  La culture est indissociable du rapport à l'autre et du contexte.
 
5h09
  Socrates ne mangeait pas des tomates.
 
5h09
  La tomate fait partie de la culture méditerranéenne.
 
5h10
  Et pourtant, dans les faits, elle a été importée plus tard au XVIem siècle.
 
5h10
  On pourrait multiplier ce type d'exemples.
 
5h11
  Il n'est de culture que dans l'extraversion culturelle,
 
5h11
  extraversion entendue au sens de l'emprunt culturel, d'importation d'éléments de cultures étrangères pour produire des effets locaux.
 
5h12
  Le catholicisme en Amérique du Sud
 
5h13
  a été aménagé pour s'adapter aux cultures locales (ex : la vierge de Guadalupe).
 
5h13
  On a donc ici un exemple d'appropriation de la culture catholique avec des transferts de sens.
 
5h13
  Autre exemple, l'authentique sel de Guérande...
 
5h14
  est en fait lié en fait à la formation de sa valeur marketing pour des finalités commerciales.
 
5h14
  On a ici un exemple de fabrication d'authenticité... pour des finalités mercantiles.
 
5h15
  etc...
 
5h16
  Les notions de "restauration" et "d'authenticité" font débat et ne sont pas des catégories naturelles.
 
5h16
  Elles ne vont pas de soi.
 
5h16
  L'authenticité est en fait un artefact
 
5h17
  qui est le produit de contextes historique et politique de production.
 
5h17
  L'authentique tapis d'orient,
 
5h18
  est lié à une volonté mercantile.
 
5h18
  Les identités sont également des artefacts.
 
5h19
  Ce sont toujours des phénomènes historiques.
 
5h19
  Etre chrétien aujourd'hui, n'a rien a voir à être chrétien du VIII siècle.
 
5h19
  En fait, on s'identifie toujours par rapport à un contexte donné.
 
5h20
  Dans une heure ou deux, vous vous identifierez dans d'autres contextes
 
5h20
  en tant que consommateurs, bretons, amants...
 
5h20
  Dans les faits, nous passons notre temps à changer d'identités
 
5h21
  sans troubles, comme par un passage de fondu enchainé.
 
5h21
  A mon sens ces processus de passage sont plus intéressants que la notion d'identité en elle-même.
 
5h22
  Les répertoires culturels ne sont pas figés.
 
5h23
  Le concept de djhiad est extrêmement polysmémique.
 
5h23
  Il peut être compris au sens guerrier comme au sens spirituel.
 
5h23
  Les chrétiens se sont entre-tués au nom du même Dieu !
 
5h24
  Pour en finir avec cette partie,
 
5h24
  Ces notions de culture et d'identité, en fait interdisent de penser le phénomène qu'elles sont censées décrire.
 
5h25
  Le même évènement donne forcément lieu à des interprétations simultanées et contradictoires.
 
5h25
  Et Eric Besson l'a appris à ces dépens.
 
5h25
  Les français ont certes débattu...
 
5h26
  mais de façon très contradictoire.
 
5h26
  Il n'y a pas un seul principe unique qui définirait la culture.
 
5h27
  Dans une société, il y a en fait une hétérogénéité de répertoires culturels.
 
5h28
  Par exemple au Congo, la notion du royaume n'est pas partagée au nord.
 
5h29
  Il existe mêlés des répertoires de l'invisible, chrétien, la nation, le marxisme, libéral...
 
5h29
  Ces répertoires cohabitent et donnent parfois des assemblages baroques
 
5h30
  et forment au final l'identité du Congo.
 
5h30
  Les concepts de culture et d'identité sont incapables de retraduire cette complexité.
 
5h30
  Ce qui compte, ce sont les pratiques.
 
5h31
  C'est pour cette raison que je suis sceptique sur les débats actuels sur la burqua.
 
5h32
  Car, par le passé, au sujet du voile, on a pu voir à quel point les femmes iraniennes avaient su ré-interpréter leurs traditions
 
5h32
  et que derrière, des luttes de classe pouvaient s'exprimer
 
5h33
  Du point de vue de la sociologie politique ce sont les pratiques, l'analyse des processus qui comptent.
 
5h34
  L'irréductibilité du culturel et de la culture est en fait celle de l'imaginaire.
 
5h35
  Cette notion est intéressante à condition qu'on la restreigne à l'autre, des sociétés prises sous l'effet des superstitions.
 
5h35
  Nos sociétés sont aussi concernées par l'imaginaire.
 
5h36
  La globalisation relève de l'imaginaire.
 
5h36
  Nous savons qu'elle ne correspond pas à la réalité.
 
5h38
  Certes les capitaux circulent à l'échelle mondiale mais les forces de travail restent majoritairement localisées.
 
5h39
  Notre vie politique est saturée de sous-textes imaginaires.
 
5h39
  Le débat sur l'identité nationale :
 
5h40
  aurait-il été si violent, s'il n'avait pas été porté par E. Besson, qui est investi par le rôle du traite ?
 
5h40
  Ne s'agit-il pas d'une faute politique ?
 
5h41
  Quand S. Royal se précipite vers un handicapé, la France est partagée entre craintes et espérances de voir se lever le paralytique.
 
5h41
  De ce point de vue,
 
5h42
  la politique est liée à l'imaginaire.
 
5h42
  Il n' y a pas de politique sans imaginaire et sans ambivalence.
 
5h43
  La référence à Freud est ici utile au travers de la notion de condensation.
 
5h43
  Les figures imaginaires peuvent condenser une société politique.
 
5h44
  Il n' a pas un imaginaire français, mais des figures multiples.
 
5h44
  L'imaginaire est par définition absurde car il procède la condensation de figures.
 
5h45
  Cependant l'imaginaire est lié à la matérialité :
 
5h45
  l'imagination du TGV a modifié du territoire français.
 
5h45
  De ce point de vue on peut dire que l'imaginaire a des effets politiques.
 
5h46
  L'exemple du voile, de la Burka est à ce titre un formidable effet de condensation de la société française.
 
5h47
  et a l'intérêt de voiler d'autres questions plus sociales, plus fondamentales.
 
5h47
  Nous sommes ici dans la condensation la plus extrême et donc dans l'absurde.
 
5h48
  Pour conclure
 
5h48
  quelques points :
 
5h48
  1. l'universalité : l'universalisation procéde à la définition de la différence
 
5h50
  2. sur la question identitaire, il faut réinjecter de la rationalité.
 
5h51
  C'est la vocation de la sociologie politique que de dépassionner les débats.
 
5h51
  3. pour autant la sociologie n'a sans doute pas investi la notion de l'imaginaire.
 
5h53
  4. J'ai commencé par dire que vous n'avez pas d'identité et de culture. J'ajoute que l'identité de la culture française procède autant du creux que du plein.
 
5h54
  C'est très largement le vide : le non-dit, l'ambivalence qui structurent l'appartenance nationale.
 
5h54
  Ronan lui même disait que la nation reposait sur l'oubli, le mensonge.
 
5h55
  "L'esprit du temps" qui célèbre la transparence me parait mauvais conseiller.
 
5h55
  Il est temps de redécouvrir les notions de l'oubli et du silence.
 
5h55
  Voilà quelques notions que je voulais partager avec vous ce soir.
 
5h56
  Merci de votre attention.
 
5h56
  Fin de la conférence
 
5h57
  Séances de questions 
 

Lu 2451 fois

Notez



1.Posté par ORLAN le 11/02/2010 10:50
BONJOUR

Pour relire la retranscription de la conférence il faut être inscrit sur "cover it live" ???

Créons de nouveaux identifiants et des profils numériques !

...


2.Posté par TV REZE le 11/02/2010 10:53
non il suffit de cliquer dessus normalement

3.Posté par ORLAN le 11/02/2010 11:02
Petit ik avec mon ordi le lien ne se fait pas.

Nouveau commentaire :
Facebook Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 20 Octobre 2017 - 14:15 VHS L'ÉMISSION #10


Rechercher une vidéo




Vous aimez nos reportages ?
Faites un don à TVREZE.